La néphrite et la néphrite chronique

Pour les médecins qui pratiquent la médecine occidentale, la néphrite chronique (l’insuffisance rénale chronique) entraîne toujours la défaillance définitive de la fonction rénale et conduit au décès du patient. 

La médecine traditionnelle chinoise a, elle, des méthodes pour guérir la néphrite chronique. Je pense toujours que si nous pouvons empêcher l’évolution de la maladie vers la phase chronique, la vie des patients sera sauvée.


Ma mère a souffert de néphrite chronique ; un an après avoir suivi un traitement prescrit par moi-même en utilisant des méthodes de médecine traditionnelle chinoise, elle est totalement guérie. Si elle n’avait pas été traitée de cette façon, cela aurait donné un autre résultat. Ma sœur, par exemple, a également souffert de cette maladie. Elle s’est installée en Australie, mais elle a fini par retourner en Chine pour se faire soigner par la médecine chinoise. Il ne m’a fallu que deux mois pour la guérir, et plus tard elle a donné la naissance à un enfant. Toute la famille peut se réunir et se retrouver ensemble, et ce n’est que du bonheur. C’est la raison pour laquelle je voudrais parler du traitement de la néphrite chronique à tout le monde.


Tout d’abord, quant est-ce que la néphrite chronique (ici, nous faisons référence à la glomérulonéphrite chronique) apparaît ? La réponse est terrible : la néphrite chronique survient principalement après une grippe. Beaucoup de spécialistes des maladies rénales proposent même que tout le monde fasse un test d’urine après une infection par la grippe, pour s’assurer qu'on ne souffre pas de la néphrite. Je pense que très peu de gens suivent ce conseil. Pourtant, il est vrai que la néphrite survient souvent après la grippe.


La médecine occidentale soutient que les bactéries ou les virus (principalement le streptocoque hémolytique) entraînent une réaction immunitaire du corps humain, ce qui produit des complexes immuns, affectent les reins, et se cumulent dans la membrane basale glomérulaire et dans d’autres parties. Cela provoquerait une lésion locale, et cela donne une néphrite. Bien entendu, cette théorie est une théorie essentielle de la médecine occidentale. Il existe d'autres thèses et, la médecine moderne étant constamment mise à jour, il existe de nombreuses factions qui ne sont pas d'accord avec cette doctrine. Beaucoup pensent que les théories de la médecine occidentale sont des axiomes. Ce point de vue est totalement faux. Souvent, relativement à une maladie, la médecine occidentale contient de nombreuses théories et les médecins ne font que deviner et vérifier. Ils appliquent souvent la théorie dominante. En fait, de nombreuses données de la médecine occidentale indiquent tout simplement que l'étiologie de la néphrite chronique n'est pas claire.


La médecine occidentale distingue une variété de néphrites chroniques, dont je ne parlerai pas ici. Pour ce qui est du traitement, à part les hormones, il n’y a pas de méthode efficace, c'est un fait indiscutable. Le test de laboratoire médical de la médecine occidentale est très précis dans ses moindres détails, et ce qui est bénéfique pour le patient et confère une supériorité dans ce domaine à cette médecine, nous devons l’admettre. Mais pour ce qui est du traitement, la médecine occidentale est vraiment très faible. J’ai visité beaucoup d’hôpitaux de médecine occidentale, et je me suis rendu compte que les médecins proposaient souvent aux patients des médicaments brevetés chinois. D’autres proposent des antibiotiques toxiques rénaux, ou des plantes médicinales chinoises toxiques rénales, comme Guanmutong.


Du le point de vue de la médecine chinoise, la néphrite chronique est une affection par des pathogènes exogènes qui s’accumulent dans le corps, se dissimulent dans le Shenjing (le méridien rénal) et provoquent la maladie.


Je dois expliquer les symptômes de la néphrite chronique, pour savoir comment les détecter, quel test médical il faut suivre et quel traitement il faut choisir.


En général, la phase aiguë, appelée « glomérulonéphrite aiguë », est plus fréquente chez les enfants. Les symptômes spécifiques sont les suivants : après une grippe, on constatera l’apparition d’une fièvre, un œdème, en particulier une grave enflure des paupières, des variations de volume d'urine. Parfois, l’urine devient rouge, et c’est ce qu’on appelle «l’hématurie macroscopique », qui est accompagnée de douleurs lombaires, de maux de dos, et souvent d’une tension artérielle élevée. Si l'enfant a ces problèmes, il doit aller à l'hôpital pour faire un test d'urine de routine, car ainsi on peut expliquer son problème. Si les cellules rouges sanguine sont en nombre élevé dans l’urine, notamment des protéines urinaires sont élevées, alors on peut essayer d’en conclure qu’il y a néphrite. Dans certains cas, la médecine moderne peut expliquer très rapidement le problème.


Toutefois, si la néphrite est répétée, elle deviendra chronique. Les symptômes sont complexes et difficiles à détecter, et de nombreux patients ne s’en aperçoivent qu’après la défaillance définitive de la fonction rénale.

Les symptômes de la néphrite chronique sont les suivantes: l’œdème, les modifications de l'urine, la pression artérielle, les étourdissements, la distension abdominale, etc. Ces symptômes n’apparaissent pas en même temps, et c'est un angle mort de la médecine chinoise qui détermine la maladie par des symptômes. Ainsi, pour cette maladie, la méthode d'examen de la médecine occidentale, l'examen d'urine de routine, les tests de la fonction rénale, etc. sont très importants. Lors de l’apparition de protéines ou d’un grand nombre de globules rouges déformés dans l’urine, la néphrite chronique est fortement suspectée.


Auparavant, l’ancien traitement de cette maladie par la médecine chinoise n’était pas efficace. Beaucoup pensent que la néphrite est une déficience rénale, parce que les patients souffrent souvent des douleurs lombaires. Aussi, la plupart des méthodes utilisées consistent à tonifier les reins, il y en a également à tonifier la Terre (la rate), car l'œdème est causé par une stagnation d'humidité, donc en tonifiant la Terre (la rate), l’humidité peut être éliminée par la diurèse.


Cependant, ce traitement est très peu efficace. La médecine traditionnelle chinoise s’est trouvée perplexe devant cette maladie. Dans les temps anciens, ce problème était également un problème majeur.


La solution à ce problème a enfin été trouvée par le spécialiste des maladies fébriles, le professeur ZHAO Shaoqin, qui travaillait à l'Université de Beijing de médecine traditionnelle chinoise et qui est maintenant décédé.
Son père, M. Zhao Wenkui, était l’un des médecins de l’Académie Impériale de Médecine de la dynastie Qing, le dernier directeur de l’Académie (connu sous le nom de Yuanshi). 
 Pendant la république (1912―1937), M. Zhao a confié la formation au métier médecin de son fils, ZHAO Shaoqin, aux autres médecins impériaux, tels que M.QU Wenlou, puis à un des quatre plus célèbres médecins de cette époque, M.WANG Fengchun. Plus tard, ZHAO Shaoqin était devenu l’un des vétérans de l’Université de la médecine traditionnelle de Pékin et un spécialiste des maladies fébriles.


Durant des traitements de maladie rénales, le professeur ZHAO Shaoqin s’est aperçu que :

1.     Les maux des lombaires et du dos ne sont pas causés par une carence, mais par la stagnation de l’humidité et la cumulation de la chaleur qui bloquent les méridiens, en particulier le méridien rénal. Ce sont des douleurs de stagnation, il y a plus de symptômes empiriques (Shi Zheng), et moins de symptôme déficience (Xu Zheng). Le docteur ZHAO a commencé à se douter que la néphrite chronique ne venait pas d’un déficit, mais de stagnations de l’humidité et d’une accumulation de chaleur.

2.     Le pouls du patient est plus fort lorsqu’on compresse plus profondément, ce qui constitue une preuve que des maux se cachent déjà très profondément dans le corps.

3.     La langue des patients est souvent rouge avec un enduit épais et gras, et ce sont là aussi des symptômes de stagnation de l’humidité et d’accumulation de chaleur.


Bref, le professeur ZHAO commençait à douter du traitement traditionnel de la néphrite chronique. Selon lui, on devait éliminer l’humidité et dissiper la chaleur, refroidir le sang, et enlever les obstacles dans les méridiens, comme dans le traitement des maladies fébriles. Les étapes sont les suivantes :

Étape 1 : L’élimination de l’humidité ;

Étape 2 : Le refroidissement du sang ;

Étape 3 : La stimulation de la circulation sanguine ;

Étape 4 : La fortification de l’estomac et de la rate.


Les recettes de phytothérapie qu’il a créées sont très efficaces. Il y a trois principes dans le traitement de la néphrite chronique :

1.     La maladie est causée par la chaleur et l’humidité, donc il ne faut prendre aucun tonifiant quelles que soient les circonstances. L’élimination en premier lieu des maux est fondamentale.

2.     Il faut marcher. Généralement, on demande au patient de rester au lit, de garder un repos absolu, ce qui est à présent une pratique courante dans la médecine occidentale. Ma propre mère a été hospitalisée pour cette maladie dans un hôpital de médecine occidentale. Elle est restée au lit pendant deux mois, et à la sortie de l’hôpital, elle n’avait plus du tout la force de monter l’escalier sans aide. Tel est le résultat du repos au lit. La néphrite chronique est une stase locale des reins, donc la circulation sanguine est très importante. Lorsqu’on marche, l’exercice des jambes entrainant également le mouvement de la  taille, la circulation sanguine de la taille est améliorée, et propice à la rémission. Le professeur ZHAO demande toujours aux patients de marcher environ une heure par jour. La pratique clinique a prouvé que les patients qui marchent régulièrement se rétablissent très bien.

3.     D’après la médecine occidentale, lorsqu’il y a une la perte de protéines dans l'urine, il faut manger plus de protéines pour compléter. Mais dans sa pratique clinique, le professeur ZHAO s’est aperçu que chez les patients aisés qui ne manquent pas de manger de bonnes viandes tous les jours, la maladie s’aggrave. Les patients qui n’ont pas le moyen de manger souvent de la viande obtiennent quant à eux de bons résultats. Ainsi, le professeur ZHAO a compris qu’il était nécessaire de contrôler l'apport en protéines.  Il a donné un exemple pour expliquer cela : un dysfonctionnement rénal qui provoque une fuite des protéines est comme un filet de pêche troué qui laisse fuir les poissons ; va-t-on continuer à remplir un tel filet de pêche ? plus on le remplit des poissons, plus le trou s’agrandit. On doit donc d’abord réparer le trou avant de remplir le filet de poissons. De même, il faut contrôler la consommation de viande chez les patients. Le professeur conseille aux patients de manger végétarien, et de ne pas manger d’aliments à base de soja qui contiennent beaucoup de protéines végétales. Finalement, les patients récupèrent ainsi beaucoup plus vite. Aujourd’hui, beaucoup de médecins qui pratiquent la médecine occidentale ont également compris cela.

Récemment, un rapport de recherche clinique a montré que La protéine d’urine peut ne pas être causée par la maladie, mais qu’au contraire elle peut elle-même être la cause de la maladie, ou du moins en être un facteur aggravant. Des recherches en médecine occidentale ont confirmé ce point de vue. Mais cela s’est produit bien après la découverte de professeur ZHAO Shaoqin, qui était déjà décédé depuis 9 ans.

Nous pensions que la néphrite chronique n’était pas une maladie génétique, mais le professeur ZHAO pense que la toxine rentre dans le sang, et même dans la moelle, ce qui s’appelle Fuxie (le mal caché) ; cela sera transmis aux prochaines générations. Plus tard, des médecins occidentaux ont commencé à constater de nombreux cas génétiques, et aujourd’hui on établit l'expression de certains gènes, ce nous retarde encore de plusieurs années. 
 
Les méthodes de traitement du professeur Zhao Shaoqin, d’après mon expérience, ont un très bon effet sur la grande majorité des patients, en particulier les femmes. Le cas de ma mère en est un très bon exemple ; elle en a même donné des recettes de phytothérapie aux autres patients qu’elle a rencontrés au hasard à la pharmacie et a pris leur numéro de téléphone. Aujourd’hui, tous sont guéris, et ils sont devenus amis.
 

Mais au cours de mes consultations, j'ai trouvé que la guérison des patients masculins de la néphrite chronique était lente. Pendant très longtemps, je n’ai pas compris pourquoi. J’avais une idée sur le sujet, mais je n’avais pas de preuve. J’ai continué d’étudier des sujets masculins, et les premières conclusions étaient les suivante: les hommes doivent contrôler leur désir sexuel. Le désir sexuel peut activer le feu ministériel (Xiang Huo),[1]ce qui rend difficile l’élimination de l'humidité et de la chaleur. C’est aussi pour cela qu’on dit souvent qu’il faut trouver un endroit calme pour traiter une maladie.

Par exemple, un jeune homme atteint de la néphrite chronique qui surfait tous les jours sur des sites pornographiques a très vite obtenu une défaillance définitive de sa fonction rénale. Au bout du compte, il a dû subir une transplantation du rein.

Par ailleurs, il existe une autre sorte de néphrite, qui est la maladie secondaire de la goutte causée par la malnutrition. Le traitement de cette maladie doit régulariser la rate et l'estomac, enlever la stagnation et la toxine, afin de conduire à la guérison. La cause de ce type de néphrite a été trouvée récemment, il faut traiter la goutte en même temps que la néphrite.  Aujourd’hui il apparaît de plus en plus de néphropathies de ce type. La médecine occidentale pense qu’elles mènent toujours à une phase de défaillance définitive de la fonction rénale. La médecine chinoise fait également des expériences pour le traitement de cette maladie, mais aucun effet thérapeutique ne permet encore d’être très optimiste.


J’ai longuement parlé de cette maladie, afin d’attirer l’attention des patients sur le fait qu’il faut éviter de tonifier ses reins de façon anarchique et dans l’espoir que cela les mène à chercher une méthode de traitement adapté.

 

 

Source : Blog de LUO Dalun 

LUO Dalun : docteur à l’Université de médecine traditionnelle chinoise de Pékin, présentateur de l’émission « Yangsheng Tang » et auteur de plusieurs livres de médecine traditionnelle chinoise.

Traduction: SELF MEDECINE


[1] Le feu ministériel : connu sous le nom Xiang Huo, se réfère le Feu Yang qui séjoure dans le foie et les reins, c’est la force motrice des activités de la vie humaine



Actualité santé

France2 parle du bien fait de massage Tuina et des témoignages

Cliquez ici pour voir la vidéo: Chronique SANTÉ DU 05/02/2014

 

La télé nous en parle: 

Le 08/01/2013 à 18h, dans l'émission "A la Vôtre" (Comblez votre appétit de nouveautés, de bons plans et de curiosité dans A la vôtre : le magazine de divertissement. )

Pour regarder: cliquez ici


Dans le cadre d’un documentaire télévisé, nous sommes à la recherche de personnes atteintes  d’hyperhydrose ou de transpiration excessive.

Vous souhaitez nous faire partager cette expérience unique, contactez-nous au 01 71 54 72 11  ou par mail sur benjaminleveque@montagnerouge.fr 

Pour être informé